AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alice Nightmare [Validé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Nightmare
Lovely Sarah ... ♥
avatar

Féminin
Nombre de messages : 24
Relation : ...
Arme : Des couteaux et ses pouvoirs de feu et de glace
♥ Flux : 34
Date d'inscription : 10/06/2010

Who are you ?
X I am..:
Munnies: 300

MessageSujet: Alice Nightmare [Validé]   Ven 11 Juin - 1:27

¤ Nom de votre personnage ¤


      • Nom : Nightmare (ce n'est pas son vrais nom de famille)
      • Prénom : Alice
      • Surnom : Ali après faite comme vous le sentez.
      • Age : 18 ans
      • Sexe : A moins qu'elle soit travelo (ce qui n'est pas le cas) c'est une femme.
      • Être : Humain si on peut dire ça.
      • Groupe : Magie noire



.:Description:.



  • Physique :



Un visage ovale comportant un teint blanc unique légèrement rosée par moment. Un visage pure sans une seule imperfection, aussi lisse qu’une peau de poupée de porcelaine. Ce sont les joues qui sont légèrement rosée essayant de donner un teint un peu plus frais à cette jeune demoiselle.
Des lèvres fines aussi rose que ses joues, ayant la forme d’un cœur, bien dessinée et quelque peu pulpeuse. Ses expressions définissent plus facilement le sadisme et la cruauté que des sourires francs et sincères qui sont pourtant utilisés pour s’attirer les gens.
Ses dents sont généralement bien rangées dans un alignement parfait. D’une blancheur incontestable représentant aucun mauvais traitement et aucun mal apparent.
Son nez et un peu long, légèrement pointus au bout, elle garde un jolie profil car il est dépourvus de bosse qui aurait pus le rendre moins beau.
Les yeux de la jeune demoiselle sont d’un bleu pâle. Presque gris. La forme de ses yeux sont un peu en siamois. L’allongeant beaucoup vers la fin et s’agrandissant vers le début, ils sont aussi provocateur ce qui n’est pas étonnant quand on voit le caractère de la jeune femme.
Des cils bien dessinés et bien allongés qu’elle n’hésite pas à faire ressortir parfois. Ses sourcils sont tout aussi bien dessinés que ses cils et souligne parfaitement les expressions d’Alice.
Parlons maintenant de ses cheveux. Ses cheveux sont coupés en dégradés. Mi long sur le devant et très long derrière arrivant à la taille. Elle à quelques mèches qui forme des épis donnant l’impression qu’elle est coiffée alors que pas du tout. Alice attache rarement ses cheveux laissant ses épis faire le travaille à sa place. De couleur naturelle blonde comme ceux des champs de blé, ses cheveux on tendance à légèrement foncer vers la pointe de ceux-ci.
Niveau physique en générale, la demoiselle est plutôt svelte, une bonne corpulence qui la situe dans le poids idéale de l’imc. Un ventre plat, de belles jambes fines, et rajoutant a ça une poitrine volumineuse (Faut dire ce qui est, désolée), la jeune fille pourrait être considérée comme un mannequin, mais c’est loin d’être le cas. Sa taille se situe dans les 1 m 70 sans compter les talons aiguilles qu’elle à l’habitude de porter qui l’a grandit de quelques centimètres.
Alice n’est pas du tout faible physiquement au contraire. C’est une personne très robuste à sang froid. Elle peut supporter des températures très froide sans être malade. Elle possède aussi une assez grande force ce qui pourrait être étonnant pour une fille comme elle. Donnant l’impression d’être faible et fragile, la jeune femme étonne toujours quand elle montre sa poigne de fer et sa santé parfaite. A part sa folie, c’est une personne forte physiquement qui encaisse tout.

  • Habillement


Le style d’Alice ? Depuis quand les fous s’habillent ? * SBAAAAMMMM * Hem je plaisante bien sur.
Le style vestimentaire de la jeune femme…Mmmmh voyons je la situerais vers un style, Punk, Rock et un peu sweet/gothique lolita. Elle a une tenue particulière que la demoiselle aime porter souvent.
Sa tenue préférée est de couleurs rose contre toute attente. Cette robe est très décolletée et assez bouffante au niveau du bas avec des manches ballons. Des froufrous de couleurs bois de rose très pâle qui se situe au niveau du décolletée et du bas de la robe pour donner un effet sweet et aussi pour gonfler la robe.
Une ceinture de tissus large enveloppe la taille formant un nœud de couleurs bois de rose claires comme les froufrous derrière dans le bas de la taille.
Sur le devant du cotée droit de la robe se trouve une fermeture qui s’attache avec plusieurs rangées de boutons rose. D’ailleurs en motif sur notre robe de couleurs rose bonbon se trouve des rayures droites d’un rose un peu plus foncés. Un rose plutôt saumon qui se départage de celui en bonbon.

Les manches ballons sont blanches avec des entournures roses bonbon comme la robe principales. Trois boutons se trouvent sur les côtés de cette entournure pour la fixer à la manche.
Un collier tout aussi rose que la rose orne sur le tour de cou de la jeune demoiselle. Ses jambes laissent découvrir des jambières blanches assez épaisses ou des froufrous de couleur bois de rose et un nœud rose bonbon se découvrent en haut de ses jambières qui s’arrête à mi-cuisse. Un porte-jarretelles de couleur blanc lui aussi maintiens ces fameuses jambières pour éviter qu’elle ne tombent.
Ses mains sont cachées par des gants marrons avec des traits roses autour des poignets, sur le dessus de la mains et sur le dessous. Ses mains sont toujours cachées par des gants. Pourquoi ? Bonne question qu’il se saura peut-être un jour.
En chaussures avec ce fameux vêtement, Alice porte des talons hautes roses bonbon avec des lanières sur le devant qui maintient un peu son pieds. Elle peut bien sûr porter d’autre chaussures, mais cette paire là et de loin sa préférée. Allait savoir pourquoi.
Autrement la jeune femme aime porter des vêtements un peu déchirée, glauque et excentrique. Et ouais elle est loin de la niaiserie et de la pureté de son prénom. Très loin, mais ça vous vous en êtes doutez je suppose.


  • Caractère :


Alice, Alice, Alice. Que dire sur cette charmante jeune fille blonde aux yeux bleus ? Oh juste qu’elle est comme dans le conte ou son nom apparaît. Idiote disciplinée et complètement niaise. Mouahaha j’aime quand vous jugez sur de futiles apparences. Détrompez-vous, ma Alice est loin de celle de ce conte. Comment vous le prouver ? Vous êtes sur de vouloir faire sa connaissance ? Vraiment sur ? Pauvre fou/folle vous ne savez pas sur quoi vous tombez…Ne dites pas que je ne vous avais pas prévenue je le prendrais mal.
Alice est comme qui dirait une jeune fille à déficience mentale, du moins c’est ce que disent ses beaux médecins en blanc de son hôpital. Ils sont mignons hein ? Non Alice est simplement folle à lier avec un excès de schizophrénie voir même une double personnalité. Rien de bien grave et très inquiétant jusque là n’est-ce pas ?
Oui deux personnalités qu’elle utilise à la perfection, une pour tromper les gens et l’autre qui est sa vraie personnalité. Pourquoi j’ai parlée de schizophrénie tout à l’heure ? Attendez un peu avant de voir la suite.

Du côté de sa personnalité trompeuse. Alice peut paraître adorable, gentille, polie, douce, innocente. Une jeune femme qu’on à envie de protéger contre ceux qui lui veut du mal. Un ange où il est impossible de voir en elle un démon ignoble et machiavélique.
Elle se montre timide et réservée, attirant ceux qui aiment les têtes d’anges et les filles de son genre qui paraît bête et tellement naïve à souhait qu’on peut lui faire faire n’importe quoi.
Sa voix polie et serviable pourrait en énerver plus d’un, et pourtant on ne sait pourquoi elle garde cette politesse même quand elle est en colère.
Un masque plutôt bien jouer et peu repérable pour ceux qui ne l’a connaisse pas.
Courbette, sourire gentillet, et hop avec un peu de chance c’est dans la poche.

Et pourtant. Sa vraie personnalité est toute autre. Alice n’est qu’une sale peste, arrogante, provocatrice, calculatrice, manipulatrice, elle sait ce qu’elle veut et ferait tout pour l’avoir à sa guise, quitte à utiliser les pires techniques inimaginables pour l’avoir. Cette jeune demoiselle est une pauvre sadique assoiffée de sang qui aime la torture sous toutes ses formes que ça soit mentale ou physique. Son plaisir ? Voir une personne agoniser et hurler de douleur sous ses coups les plus brutaux.
Pourquoi être amis avec des gens ? Pour utiliser leurs faiblesses pardi. Alice à un humour basé sur le noir, elle aime l’ironie et malgré qu’elle soit de nature polie et courtoise quand elle parle, elle sait très bien utilisée les bons mots pour chercher une personne et trouver son point faible. C’est tellement bon de voir une personne souffrir sous son gourou. Une vraie garce hein ? Vous n’avez encore rien vus, si je vous faisais part de tout ses défauts vous en seriez dégoûtez.

Elle utilise très bien son physique pour charmer, elle n’est pas moche et elle le sait. Pourquoi ne pas non plus se servir de son corps pour atteindre ses objectifs ? Ouais elle ne reculera devant rien et pour avoir le pouvoir il faut savoir se sacrifier.

Réfléchie, elle n’agira jamais sans savoir ce qu’elle peut y gagner au bout, mais aussi ce qu’elle y perd, elle n’est pas bête, elle ne va pas foncer dans le tas comme ça sans savoir. Non, elle est peut-être blonde, mais c’est pas parce qu’on dit que les blondes ne réfléchissent pas qu’elle le fait aussi. Vous serez bien surpris franchement par cette jeune femme à moins que ça ne soit déjà fait ?

Utiliser les préjugés et les utiliser pour avoir ce qu’elle veut. Astucieux n’est-ce pas ? Alors ? Elle est encore bête à vos yeux ?

Quand à sa schizophrénie, comme je vous l’ai dit, elle a deux personnalités, mais ce n’est pas tout. Elle traîne pas mal avec une peluche qu’elle appelle sœur. Pourquoi ? Personne n’a jamais su, mais elle est persuadée que cette peluche lui parle et lui ordonne de faire des actes d’une atrocité sans pareil. Qui plus est, sincèrement, la jeune femme n’est pas que deux dans sa tête. Elle peut d’un coup paraître en une gamine peureuse, en une psychopathe complètement timbrée ou pour une demeurée qui à peur de tout. Sur qui vous allez tomber ? Mystère, mais j’espère pour vous que ça sera la bonne. Et si on lançait les dés pour voir ?





.:Combat:.



  • Arme(s) utilisée(s) : Ca peut paraître bête et inutile, mais elle utilise une batte de base-ball. Je pense qu'il y a pas besoin de trop de détail, c'est une batte en bois très résistant recouvert de sang du tuteur d'Alice et d'autre victime qui n'a pas était nettoyé. Rien que ça.


  • Magie: Elle contrôle le feu et la glace.



.:Histoire:.



    [histoire de votre personnage. remplir 15 lignes minimums. parler de l’enfance de l’humain si possible.]
Dream…


Eh ! Tu te souviens de ses lumières qui m’entourait jadis ? Moi je m’en souviens plus…Elles sont comment ? Lumineuses ? Ah…Je suis loin d’elles alors. Moi tout est sombre, je vois plus rien, même pas à un mètre devant moi. Tu peux me dire où je suis ? Dans le néant ? Je suis donc morte ? Non ? Eh…ATTENDS…Je sais pas ou je suis…Tu peux me guider ? Eh…ATTENDS MOI…J’ai peur…Je veux retrouver la lumière…S’il te plait…Je veux que tout redevienne comme avant.

Les yeux closes de la petite poupée s’étaient ouverts progressivement après ce rêve. Un rêve étrange qui changerait sa destinée et sa façon d’être. Ce rêve, lui avait ouvert la porte d’un monde ténébreux, un monde qui n’était pourtant pas à sa porté, mais qui maintenant aller devenir son unique refuge.



DARKNESS...


Dans un lieu blanc, signe de pureté et d’innocence, la petite poupée scruta les moindres recoins de sa modeste chambre. Ses cheveux blond un peu frisés et ses yeux bleus/gris ressortaient pleinement dans ce décor éblouissant. Les meubles, les draps, les rideaux, les murs, le plafond, le sol, tous étaient immaculés de blanc, de lumière de réconfort. Cette impression, oui, cette drôle d’impression qui vous coupe le souffle et qui vous donne une envie irrésistible de tout repeindre en une couleur un peu moins pure. Oui…Une couleur. Sa couleur.



BLOOD...


Dans la nuit, la chambre avait soudainement changée. Les murs étaient encore entachés de rouge, tout comme les draps, et les quatre coins de cette prison de pierre. Les bras de la petite poupée était noués fermement. Clouée sur un lit, à attendre, attendre que le sommeil vienne, à écouter, écouter la folie des autres internés, à songer, songer à une liberté que jamais elle n’aura. La poupée ne pouvait prier, elle n’avait plus la volonté, ni l’envie de croire en quoi que ce soit. Ce soir elle allait mourir. Ses poignets marqués par la folie pouvait en témoigner. Car le rouge dans la salle, n’était que le sang de ses veines de vie qu’elle avait fait explosée en essayant de repeindre et de cacher ce blanc qui l’aveuglait. Comme dit une certaine phrase d’un conte connu. « Peignez les roses blanche en rouges… »



WAITING…


Son teint été de plus en plus blanc, le goût de la nourriture ne passait plus, elle était amer et remontait plus vite qu’elle était descendue. Même par intraveineuse, elle était rejetée. La petite poupée voulait ses parents, mais elle savait que ce vœu, cette unique vœu, ne serait pas réalisable. Ils ne viendront plus, parce qu’elle n’avait pas était sage. Parce que par empressement, elle n’avait pas regardée, parce qu’elle n’avait pas obéis. Elle regrettait, elle aurait du rester.



CRYING…


Du feu, des flammes dansantes rouges embrassant tout autour d’elle. La bougie…La peur. Courir, mais où ? Plus aucune issue. Les flammes se rapprochent, l’odeur devient forte. Que faire ? Que faire ? Un incendie violent. Elle était prise au piège. Où étaient-ils ? Des cris, des larmes, de la peur, encore de la peur. Une violente peur qui la paralysait. Les flammes l’avait atteint. Elle brûlait, elle sentait, elle se consumait. La douleur, une violente douleur. Des cris, des larmes et…Des infirmiers. Un rêve…Encore ce rêve, un rappelle à l’ordre. Des coups, elle se débats, elle ne brûlera pas, non, elle ne brûlerait pas. Des cris, sa voix s’égosillait , elle s’étouffait avec ses larmes, et puis…Plus rien, le sommeil vint brutalement. Les flammes se meurent, son corps était intacte. Plus rien. Le néant, les ténèbres. La solitude.
Une aiguille sortit de sa peau. Un médecin soupira, les infirmiers qui l’a maintenaient, décidèrent de la rattacher fermement.

« Je crois que cette petite perd la raison… Si ça recommence administré lui ses calmants.»

Des acquisitions, la foule prirent congés. Retour aux pays des rêves.



HAPPY BIRTHDAY…


C’est bien aujourd’hui que ta neuf ans ?



Son âge ? Elle l’avait oubliée, elle ne voulait plus se rappeler, ça lui faisait trop mal, elle en pouvait plus. Des jolies cernes avait accentuées le regard de la petite poupée, lui donnant un air à faire mourir de peur les cardiaques. Ses joues devenaient creuses et son teint était plus que blanc. La poupée était devenus une immondice. Déjà qu’à l’origine elle n’était pas très grosse, il ne lui a fallut que 5 jours pour devenir une petite fille squelettique sans vie.

Tu t’appelle bien Alice non ?

Pas Alice…Ca se dit Alicé.

Je vois que tu as retrouvée la voix Alice.



Le sourire de la psychologue ne mettait pas en confiance la petite. Elle ne voulait pas se confier, et pourtant, elle savait que ce jour viendrait. Ce jour ou elle devra bien admettre. Que tout était de sa faute.

Tu peux me dire ce qu’il s’est passée ?



Alice ?

La bougie…

Qu’elle bougie ?

J’ai oubliée de l’éteindre avant de m’endormir…Et le chat…Il a joué à côté…

Oui ?

Et…C’est tombé par-terre. Tout…Le feu à était ailleurs que sur la bougie. Ca m’a réveillée, parce que j’avais chaud.

Ou était la bougie ?

…sur…

… ?


Le silence était revenus. La scène ce perpétuait.

C’EST PAS MOI JE LE JURE. J’AI PAS FAIT EXPRES, PARDON, PARDON.

Alice calme toi.

PARDOOOOON, J’AVAIS PEUR. JE SAVAIS PAS QUOI FAIRE. JE VOULAIS PAS. MAIS ILS ME M’ONT DIT.

Infirmier…INFIRMIER VITE.

NON ECOUTEZ MOI….C’EST PAS MOI !! JE VOUS JURE QUE C’EST PAS MOI MADAME.

Alice, LACHE MOI TU ME FAIS MAL ! ALICE. BON SANG MAIS DEPECHEZ VOUS !!!

Maintenez-là ! On va lui administrer le calmant.

NON JE VEUX PAS. NON JE VEUX PAS DORMIR. PITIER…NON…NOOOOOON. NOOooon…


Son corps devenait léger, ses paupières lourdes, encore une fois, elle rejoignait Morphée de force.

Je craint qu’on puisse plus rien faire.

Vous croyez ?

Oui…Elle est devenue complètement folle.




FORGIVE ME…


Ses yeux étaient devenus rouge, à cause des larmes versées. Encore ce cauchemar, cela ne s’arrêtera donc jamais ? Elle n’en pouvait plus. Plus les jours passaient, plus la petite fille s’affaiblissait. Elle allait bientôt…

Alice tu as un cadeau.

Son regard fatiguée se tourna vers l’infirmier qui lui tendait une peluche en forme de lapin. Alice regardait fixement la peluche sans faire un seul mouvement. Impatient, l’infirmier jeta la peluche dans la tête de la petite poupée, qui avait fermés les yeux par peur.

Marre de ce boulot.

Quand elle fut seule dans la chambre. Alice prit la peluche dans ses bras. Un sourire s’affichait soudainement sur ses lèvres. Un sourire qui l’avait quitté y a de ça 9 jours maintenant.
La peluche était rose, toute douce avec des yeux noirs. Alice câlinait sa peluche sans retenus. Elle avait retrouvée une certaine joie de vivre.

Tu m’a manquée…



I’M WITH YOU NOW.


La nourriture n’était plus rejetée maintenant, les couleurs sur son visage reprenait de plus en plus. Ses joues reprirent une forme normal. Alice redevenait vivante depuis qu’elle avait sa peluche avec elle. Elle restait pourtant toujours silencieux sur son passée,mais quelques choses ne tournait pas rond. D’après les infirmiers. La jeune fille faisait beaucoup de monologue le soir. Parlait-elle à la peluche ? L’un comme l’autre de toute façon, rien n’était étonnant. Elle était folle de toute façon et elle l’avait été jugée dés le départ.

Alice comment va-tu aujourd’hui ?

Très bien madame…Et vous ?

…Je vais très bien…Dit moi tu as l’air en forme depuis quelques temps.

Oui.

Comment ça se fait ?

Parce qu’elle est là !

Qui ?

Bah elle !



On me pardonne, c’est pas de ma faute. Alors je suis heureuse.

…Alice.

Oui ?

Tu peux me parler un peu sur ton passée ?



La tête de la petite poupée s’était baissée. Le silence repris sa place. Encore une fois, la psychologue n’aura pas la réponse à ses question sur ce qu’il s’était passée avant qu ‘Alice ne vienne ici.



AGAIN YOU LEAVE ME…


Je craint qu’il ne faut nous en débarrasser.

Mais grâce à ça, elle sourie enfin.

Oui mais avec cette chose…Cette enfant se renferme…Il faut s’en débarrasser.

J’ai mieux…Puisqu’il nous faut des aveux de sa part sur les événements…Nous allons les reproduire.

Expliquez donc.

Alors voilà…


Il était maintenant minuit. L’heure ou normalement tout le monde dormaient dans les bras de Morphée, sauf Alice qui suivait des infirmiers avec sa peluche dans les bras.

On va où ?

Pose pas de question et suit nous.



Des questions se dressaient dans sa tête, elle ne comprenait pas pourquoi on l’emmenait dehors. Ni pourquoi le médecin qui s’occupait d’elle, quelques infirmières, la psychologue et quelques policiers étaient là.

Qu’est-ce qu’il y a ? J’ai fait une grosse bêtise ?

La psychologue se baissa à sa hauteur et posa ses deux mains fermement sur les épaules d’Alice. Ses yeux marrons était plongés dans ceux de la petite fille. D’un ton ferme et stricte, elle questionna Alice.

Alice…Que s’est-il passée ce jour là ?



C’est toi qui…

J’AI RIEN FAIT. JE DIRAIS RIEN.

…Bon. Docteur ?

Maintenez-là.


Les deux infirmiers empoignèrent la jeune fillette et la psychologue prit férocement des mains la peluche préférée d’Alice. Celle-ci commençait à crier qu’on lui rende sa peluche, mais rien n’à faire. Personne ne l’écoutait. Un briquet s’élevait dans les airs. Et une flamme apparaissait au centre. Du feu…Des flammes…Non…Pas encore. La psychologue montrait une dernière fois la peluche à Alice avant de la jetter.

Est-tu sure que tu ne veux rien dire ?

NOOOON LA BRULEZ PAS. NOOOON

…Têtue…


Il a suffit d’un geste. Un seul pour que la peluche tombe dans les flammes, pour qu’elle se consume petit à petit devant les yeux impuissants d’Alice, qui hurlait son désarroi.

NOOON QU’EST-CE QUE VOUS AVEZ FAIT. LACHEZ MOI !! JE DOIS ALLER LA SAUVER…NOOOOON. FAUT PAS QU’ELLE BRULE !! PAS ENCOOOORE.

ALICE ARRETE.

NON. LACHEZ-MOI. SARAAAAH !!

POUR L’AMOUR DU CIEL ALICE TU VAS TE TAIRE.

SAUVEZ LA JE VOUS EN PRIE.

Administrait lui deux doses de calmants…

NON. LAISSEZ MOI ! Vous avez pas le droit…Je…….Sarah………Pardon.


Une lueur rougeâtre illuminée les environs, le feu continuez de consumer tout ce qu’il avait à embrasser, avant de s’éteindre éternellement.
Dans son rêve. Alice était seule, en pleure. Elle n’avait rien pus faire, encore une fois. Elle suppliait, implorait.

Pardon…Sarah…Je pouvais rien faire…Pourquoi tes repartie…Où est-tu…
Noirceur…Ténèbres…Plus rien ne comptait maintenant. Encore une fois…Elle n’était rien. La lumière avait disparus.
…Vous…Jamais je leurs pardonnerais…Vous vouliez de la folie ? Alors……


Un silence de mort. La poupée c’était levée. Sa main était devant elle, elle cherchait un point dans cette obscurité. Oui elle cherchait comme une poignet de porte. Quelques chose qui pouvait l’aider à retrouver son chemin…Et elle l’avait trouvée.



MADNESS YOU CONQUERED ME...


Le jour était levé...Encore une journée banale et monotone. Du moins…Ca aurait pu être ainsi.

Voici le plat du jour.



Tu n’as pas faim gamine ?

Si…

Bah alors ?

Je peux vous dire un trucs à l’oreille ?

Hum ?

Pendant que l’infirmière se rapprochait de plus en plus de la petite Alice, celle-ci ne perdit pas de temps. La fourchette qui se trouvait sur son plateau se retrouva rapidement dans l’œil de l’infirmière. Ses cris d’agonie avait ameutés tout les infirmiers et infirmière présentent dans l’asile. La petite poupée elle riait. Un rire sadique, de moquerie, un rire qui faisait froid dans le dos surtout pour une petite de son âge. Un rire qui lui permis de se retrouve en camisole, vers l’endroit le plus fou de l’asile.



CONFESSION…


Des talons aiguilles tapaient fortement sur le carrelage blanc de l’hôpital. Une démarche fière et ferme, Une jupe s’arrêtant aux genoux, laissant découvrir des jambes longues et fine recouvert d’un collant noir fin. Un chignon serré était bien vus sur la tête de cette jeune femme âgée d’au moins trente ans. Elle se dirigeait vers une salle ou une petite fille au cheveux blond en bataille en camisole de force l’attendait.

Bonjour Alice.

Manquez plus que toi…



Tu me veux quoi encore ?

En voilà un langage pour une petite fille de ton âge.

Ahaha…

Hum ?

Me fais pas rire.

Alice…Qu’est-ce qui t’est arrivée ?

A croire que vos calmant ne calme pas vraiment.



Aller tourne pas autour du pot…Je t’écoute.

Comment ?

Tes pas venue me voir pendant deux semaines…Pour voir si ça irais mieux ? Tu sais…C’est facile de faire semblant et je suis pas dupe. Balance tes questions.



…Ok…Je le fais à ta place. Alors Alice…Que s’est-il passée à cette époque là ? Pendant cette incendie. Oh ! ce qu’il s’est passée…installe-toi je vais te raconter…Tu veux la vrais version, ou la version que tu voulais toujours entendre. AHAHAHAHAHA

Alice…

Ouiii c’est moi qui ai déclenchée l’incendie ahahaha. J’avais que ça à faire AHAHAHAHA maintenant allez y. Foutes moi en quarantaine.

ALICE.


Le silence s’installa. Le rire de la petite fille s’était étouffée. La psychologue s’installa comme si de rien n’était et posa un enregistreur au milieu de la table. Elle regardait Alice dans les yeux et posa sa tête sur ses deux mains.

Dis moi la vérité. Je ne veux que ça.

…C’était 5 jours avant mon anniversaire. Comme tout les soirs, je m’amusais avec mon chat et une amie avant que maman m’appelle pour aller dormir.



Ce soir là…J’avais oubliée d’éteindre la bougie du salon, et mon amie … Mon amie elle…On s’était bien amusée ce soir là. Elle m’avait jamais fait autant rire, et mes parents l’aimaient beaucoup, puis…

Alice…

Oui ?

C’était Sarah ton amie ?

Oui…

Alice…



Sarah n’existe pas…

Non…

Sarah n’est que ton imagination

Non c’est faux.

Alice…Elle n’est pas réelle.

TU MENS !

Tu es fille unique Alice et tu n’a jamais eu d’amis, alors tu t’en ai créée une pour…

TAIS-TOI ! TU MENS !



Tu mens…

Tu es juste choquée par tout ça…Tu es juste devenus folle.

J’ai toute ma raison.

Tu n’a plus ta raison.

Ca t’arrange de le croire hein ?

Quoi ?

Ca t’arrange de me foutre ici hein ? Pauvre petite fille, trop choquée pour cette scène atroce qui lui ai arrivée. Jouons les bon samaritains, internons là !

Arrête toi.

Oui elle est orpheline, elle à plus ses parents ses tristes et personne de sa famille veux s’en occuper. Aller on dit qu’elle est folle et ça arrange tout le monde.

Alice tais-toi.

Puis bon, faire passée mon amie pour une illusion…C’est toi plutôt qui est folle. Tout les enfants rêve et moi ce n’est pas un rêve.

Alice tu commence à m’énerver.

Crois tu que c’est comme ça que tu dois t’occuper de tes jouets. Kate ?


Dans un élan, la main de la psychologue avait atterrie sur la joue de la petite poupée, un bruit sonore avait répandu le silence. C’était la fin de la confession. Tout était encore flous et qui c’est…La version n’était peut-être pas aussi vrais qu’on le crois. Qui c’est peut-être que la vérité éclaterais.

Ramenez-là j’en ai finis.

Tu sais Kate…Tout ce paye tôt ou tard.

Ce n’est pas parce que tes ma nièce que tu peux te permettre d’être familière avec moi.

Bientôt tu connaîtra la souffrance…Je te le garantis. Tu souffrira, autant que tu m’a fait souffrir.

C’est avec ses mots que la petite poupée s’en allait dans les ténèbres de sa prison.



THE HOWL OF DEATH…


Ce n’était pas difficile de tromper les gens et de faire croire qu’en quelques jours votre état s’était amélioré. Il n’était pas difficile de jouer avec les gens quant-on était une petite fille. Tous y avaient crus et cette confiance serait maintenant destructrice. Faire croire qu’on prend ses médicaments pour les recracher discrètement sous le matelas, s’était bien là une chose que la petite avait vite adoptée. Il fallait pas croire, elle était intelligente et connaissait déjà son plan. Maintenant, elle n’était plus une gentille petite fille, cette Alice là…Avait disparus. Bien vite elle retrouva son ancienne chambre. Elle fut d’ailleurs étonnée par son jeu d’actrice, même Kate y croyait. Finalement, c’était amusant.
Il fallait attendre la nuit pour mettre son plan à exécution. Attendre que la dame à l’accueil s’endorme comme à son habitude à minuit trente. Attendre que plus aucune lumière éclaircisse le couloirs pour entrer discrètement dans la salle des infirmiers et prendre ce qu’il y avait à prendre pour provoquer sa grande colère sur l’établissement. Oui. Il fallait juste être patient et attendre que passe les heures.
Attendre que l’heure tourne. Regarder grièvement la pendule dans la chambre. Être obnubilé par le tic tac continuelle de cette satanée aiguilles des secondes qui tournait trop lentement.
Trois heures à attendre, trois heures c’est long quand on s’occupe pas, on à l’impression que rien ne bouge et que le l’aiguille ne trotte que pour vous donner de l’espoir. Tourne le temps, passe plus vite. Tourne, tourne. Ne ralentis pas la vengeance. Tourne. Continue ta danse folle.



FIRE BEETLE…


Quand l’heure fut enfin arrivée, Alice sortit doucement de sa chambre en se faisant la plus discrète possible. Comme elle l’avait prédit. La vieille de l’accueil s’était endormie profondément. Plus de temps à perde. Elle se dirigea à toute hâte dans le couloir des infirmiers. Au moment d’ouvrir la porte, une autre main se posa sur la sienne comme pour la stopper. De peur, Alice s’était retournée et pus constater que ce n’était que…

Dead ? Tu m’a fait peur.

Que fait-tu ici ma petite Alice ?

Et toi ?

Simple promenade nocturne. Je m’ennuie dans cette chambre lumineuse, je ne supporte plus la lumière.

On est deux.

Pourquoi veut-tu rentrer ici ?

Ils doivent payer !

?

Ils ont tuée une amie à moi…Et puis ce lieu…Veut-tu m’aider ?

Je suis la mort, et si ton acte est criminel, je me dois t’aider à l’accomplir.

Eh eh, on va bien s’amuser !


Il ne fallut pas longtemps pour qu’un feu ravageur atteigne l’hôpital entier. Des patients et des infirmiers, criaient d’horreur et d’agonie dans les flammes. Les voir courir en feu tout en hurlant était hilarant pour Alice et Dead. Les deux compères se promenaient tranquillement parmis les flammes admirant le succès total de leurs actes.

Il faudra que tu m’apprenne Dead. Comment ta fait pour faire sortir des flammes de tes mains.

Cela s’appelle de la magie noire Alice.

Ah ? Tu peux m’apprendre ?

Si tu le veux je t’apprendrais.

Merci mon amis.

ALICE.


Une voix avait interpellée la petite poupée qui se tourna vers celle-ci. C’était Kate la psychologue qui était paniquée par ce telle carnage.

Que s’est-il passée ? Tu vas bien ?

Tu as vus ce qu’on a fait Dead et moi ? C’est super hein ?

…C’est toi qui as fait ça ?

Tu pense que tu peux ressentir ce qu’a ressentis mes parents et Sarah ?

…Quoi ?

Ahaha cette petite sotte de gamine…C’était si facile de la remplacer pour ce moment, mais dur de prendre enfin sa place.

…Qui est-tu ?

Je suis la noirceur d’alice…Son côté sombre.

…Un dédoublement de la personnalité ?

Eh tu peux dire merci aux parents pour ça.

Quoi ?

A force de se sentir seule et exclue. Notre petite Alice s’est crée une amie, une amie imaginaire que ses parents l’avait aidée à créer. Sont complètement abrutis hein ?

Mais toi…Comment est-tu venue ?

Laisse moi te raconter toute l’histoire madame la psy.



A ce moment là je commençais à me créer dans l’esprit d’Alice. Avec la solitude et la tristesse elle commençait à se créer de la noirceur…Bref. La bougie n’était pas dans le salon vraiment, mais dans sa chambre, mais sous le choc elle en avait pas conscience.



Le chat jouait avec sa pelote de laine sur la table et cet imbécile à fait tomber la bougie à terre, ce qui ne manqua pas de déclencher un incendie. Mais bon tu sais c’est les anciennes bougie avec l’huile, il n’a pas fallut longtemps pour s’écouler jusqu'à le dessous de la porte et partir en direction du salon.

Mais…Alice ne pouvait pas sortir si sa porte était en feu.

Ta pas regardée ses mains crétine ? Elle sont brûlée à moitiés. Elle a poussée la porte pour sortir et celle-ci et tombée facilement.



Elle avait très chaud et elle étouffait, donc elle s’est réveillée et à pu constater les dégâts. Comme je te l’ai dit elle est sortit de sa chambre. Elle a était voir celle de ses parents qui répondait pas et celle de Sarah.

Mais Sarah existe pas.

Tu crois pas que je le sais pas pétasse ? Mais pour Alice elle existait. Elle à cognée à la porte et celle-ci dans son esprit lui à répondue.

Donc Alice…Est…

Schizophrène ? Ouais c’est à ça que pense les gens, mais on peut dire que oui c’est un début et comme ses parents ne faisait rien…



Bref, il lui était impossible de sauver son « amie » qui l’implorait soit disant de la sauver. La porte était en feu et Alice avait trop mal aux mains pour faire quoi que se soit. C’est à ce moment là que je suis rentrée en jeu.

Quoi ?

Cette conne allait crever dans les flammes. Je voulais pas mourir moi. Alors j’ai endormis la petite Alice pour prendre sa place. Elle m’avait réveillée par sa peur en quelques sortes. Donc sans attendre j’ai tapée à la porte des parents, qui était réveillés, fallait pas perdre de temps et puis…Fallait qu’ils payent pour avoir fait du mal à Alice. Alors j’ai pris une chaise du salon et je l’ai bloquée contre la porte.

Ta fait quoi ?

Astucieux hein ? C’était pas compliquée et puis c’était drôle de les entendre hurler.

…Espèce de monstre.

Ensuite j’ai remis la petite Alice face à son dilemme. J’ai fait taire la voix de Sarah et j’ai parlée à sa place. Je lui ai dit de laisser ses parents mourir et de se sauver elle et que pour Sarah il était trop tard.



Elle a donc sautée vers la porte fenêtre vitrée de l’étage et à fait une très belle chute, j’ai crus que s’en était finis sur le coup, mais non elle à survécue…J’ai était soulagée.

Comment une petite fille aussi mignonne qu’Alice ait créée un monstre comme toi ?

Pour la simple et bonne raison qu’elle est faible, et je ne suis que son côté sombre, et un jour je vais fusionner avec pour créer ce qu’elle doit être plus tard.

Alice n’est pas comme toi.

Non ta raison…Elle est pire.

J’ai du mal à te croire.

Nos ténèbres, c’est juste la part qu’on rejette de nous même parce qu’on sait qu’elle ne plaira à personne. Les gens préfère la lumière. On rejette notre « mauvais nous » par peur du rejet social.



Avoue doc que ta part de ténèbre et dégueulasse, que tu l’a supporte pas et qu’elle est immonde. Moi je ne fais que l’habituer à cette partie.

Les ténèbres disparaissent un jour.
Ca c’est parce qu’on le veux. On peut très bien vivre avec notre mauvaise et bonne part.



Adieu docteur. J’ai était ravie d’avoir cette conversation avec vous…Une dernière fois.


Kate était figée par ses révélations et quand elle se rendit compte qu’elle était encerclée par les flammes il était trop tard. Alice et Dead eux regardaient la scène tranquille dans le jardin de l’hôpital.

Tu compte faire quoi Alice ?

Tu sais que tes le seul à bien dire mon prénom ?

Il n’est pas compliqué à retenir.

Dead ?

Oui ?

Tu as de la famille.

Plus maintenant…Et toi ?

Non plus.

Alors veut-tu devenir mon petit disciple de magie noire et ma petite fille ?

…Tu veux bien ?

Si je te le propose ?

Alors c’est d’accord.

Alors quittons ce monde.

Ce monde ?

Le sais-tu pas ? Il existe d’autre monde, avec des créatures, une organisation et plein de chose encore que tu dois ignorer.

…Tu m’apprendra tout ça ?

Si je te l’apprend pas…Tu ne le saura jamais.

Alors allons y !




Teach me over the years...


Neuf ans plus tard...Il s’était passée neuf ans depuis la destruction de l’asile. Neuf ans à errer de monde en monde jusqu'à trouver celui qui convenait.
Alice maintenant était devenu une jeune femme. Une jeune femme qui été fallait dire assez mignonne, avec de bon atout. Comme l’avait prédit son côté sombre, elle avait fusionnait pour devenir ce qu’elle était maintenant. Une jeune fille sombre et parfois détestable, elle était devenue maîtresse de deux éléments prometteur. Le feu et la glace. Dead avait été son master ainsi que son tuteur. Il lui apprenait à maîtriser son pouvoir aussi bien que lui, mais il lui appris aussi à se défendre et à tuer. Les sujets de leur entraînement ? Des sans cœur, des similis et parfois même…Des personnes innocentes qui avait rien demandés.

Bien alice. Je pense que maintenant il est tant de voler de tes propres ailes.

…Tu veux dire partir ?

Oui…C’est à toi de découvrir tout ce qui t’entoure maintenant
.

A ces mots, Alice fut triste. Elle le savait pourtant que ce jour arriverait. Le jour ou Dead devra la laisser.

Dead…Tu crois qu’on peut devenir un sans cœur ?

Tout le monde le peux.



Maintenant ta dernière épreuve.

Mmh ?


Dead lança une batte de base-ball à Alice et sortit à son tour son arme, il fonça droit sur la jeune femme pour essayer de la blesser mortellement en visant la zone du pancréas. Dans un mouvement rapide, Alice le contra en mettant la batte en elle et l’arme.

DEAD TES CINGLEE OU QUOI ?

Je me dois de te tuer maintenant…Ou tu me dépassera…Tu sais bien qui je suis.

…ARRETE.

Je sais très bien comment tu fonctionne Alice…Tu me tuera tôt ou tard.

Tu crois pas que je l’aurais déjà fait ?

Tu avais besoin de moi…J’ai était heureux de t’être utile…Mais maintenant…Tu dois mourir avant moi.

Pauvre imbécile…Tu me fais de la peine.


C’est dans un mouvement rapide et violent qu’Alice visa la tête de son tuteur avec sa batte, fracassant sa tête à terre violement. Lui laissant pas de le temps de s’en remettre, Alice le frappa inlassablement avec une esprit neutre, mais pourtant avec un tiraillement au cœur. Si elle ne le faisait pas…C’était lui qui le ferais pour elle. Immaculée de sang de la tête au pied, la jeune femme s’arrêta quand elle vit que le crâne était plus en état. Elle avait gagnée et maintenant elle comprenait. Ne jamais faire confiance, ne jamais pardonner.

Je ne peux compter que sur toi hein ? Dis moi Sarah…Tu crois qu’on y arrivera ?

Silence et pourtant un sourire était là sur les lèvres rosés de notre psychopathe. Une renaissance était là et…Une nouvelle vie commençait. Avec beaucoup de sang sur les mains.


Revenir en haut Aller en bas
Master Aqua
    «Just Get Out Off My Way » Administratrice Principale

«Just Get Out Off My Way » Administratrice Principale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1749
Age : 26
Relation : : Eux, leurs noms .. C'est quoi ?
Ennemis : : A vrai dire, je ne sais plus.
Arme : : Haine & Colère.
Personage :

••• LOADING •••
## Topics En Cours :

1::. Click
♥ Flux : 1490
Date d'inscription : 20/05/2008

Who are you ?
X I am..:
Munnies: Milliardaire

MessageSujet: Re: Alice Nightmare [Validé]   Ven 11 Juin - 13:48

Amis du Jour "Bonjour", Amis du soir " Bonsoir"...

Huhuhu ... Non mais qu'elle fiche ! o_ô .. I'm very impressed Smile Congratulation. Ta fiche se lit comme
un Kinder que j'engloutit en pas même 30 secondes... Ouah les références quoi >_>
Non mais vraiment, j'ai beaucoup aimer, ton personnage est très intéressant, mon véritable coup
de coeur dans tout ça serait "L'histoire", elle est magnifique, j'ai toujours aimer les petites folles
psychopathes moitié Schyzo' ... Pour le rang je te proposerait "Sarah" vu qu'elle semble être l'élément
déclencheur de sa folie... Ou je sais pas un genre "Lovely Sarah" ... Bref...

Comment ne pas validé une fiche comme ça ? ... Bien sûr que tu est validée honey ♥ Smile ...
N'oublie pas de remplir ton profil et ta fiche personnage Wink
Have fun with us...

[Fiche Validé]

___________________


Sign' © TerBBS
Revenir en haut Aller en bas
http://Aqua-The-best.forumpro.débile.
 
Alice Nightmare [Validé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alice, Eo et bibliothéque de la jeunesse
» Général Skandor Akbar décédés et décés de NightMare Ted Allen
» Siegfried de Alex Alice
» ALICE ROY ATTERRIT... CHEZ BAYARD
» Alice du mois de février : Alice et le manoir hanté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG- Renaissance :: Au commencement :: { Présentation des membres } :: { Présentations Validées } :: Magie Noir-
Sauter vers: