AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  ║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enea Rider

avatar

Féminin
Nombre de messages : 132
Age : 23
Relation : Une soeur ainée, c'est suffisant ~
♥ Flux : 139
Date d'inscription : 26/12/2010

Who are you ?
X I am..:
Munnies: 300

MessageSujet: ║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]   Lun 27 Déc - 17:30

Rider Enea
Have you seen the flames of my heart ?

▬ nom; tout comme mon ainée, mon nom est Rider !
▬ prénom; Enea, ça sonne doux n'est-ce pas ♥ ?
▬ surnom; généralement se sont des surnoms affectifs, alors bon
▬ age; Quinze ans trois quart mes amis ! Quinze ans trois quart !
▬ sexe; Et bien de toute évidence, je suis une douce demoiselle
▬ race; dans la catégorie des pestes fouineuses, donc humaine
▬ groupe; Disciple de la Keyblade

▬ Arme(s) utilisée(s);
L'arme que j'utilise est sans aucun doute l'une des plus fréquentes ... Tout simplement une keyblade qui offre un bonus magie et permet de faire de puissant combo et coups critiques, mais celle ci à une faible porté. Cette keyblade se nomme " Flamme de Nuit", et elle se tient de manière traditionnelle. Comme je suis souvent d'humeur impulsive, je la balance souvent contre des murs ou autre ... Hey ! J'ai jamais dit que j'avais bon caractère. Enfin, elle est solide (comme la majorité des keyblades j'ai envi de dire) donc elle revient toujours vers moi.

▬ Magie;
Brasier X
Évidement, venant de moi ce n'est presque pas étonnant, j'utilise majoritairement ce sort, même si je suis assez maladroite et que parfois ça ne touche pas la cible souhaité. J'essaie de donner mon maximum pour m'améliorer et faire de ces attaques les clés de ma technique de combat, enfin y'a encore du boulot mais il est hors de question que je baisse les bras. Il en vient de mon honneur !

Soin +

Hum, qui dit maladroite dit forcément quelques blessures de temps à autre. C'est ma sœur ainée qui me força à apprendre ce sort, je dus donc débourser une petite fortune auprès de ces mogs qui refuse de marchander bien évidement.



the first step is always the hardest.
-----------------------------------


Miroir, ô mon beau miroir ~

Mon physique … Je suppose que c'est obligatoire de dire à quoi nous ressemblons alors qu'il serait tellement simple de nous regarder, quel cruel demande ! Non pas parce que je suis incapable de le faire hein ! Mettons nous bien d'accord là dessus, je peux tout faire ! … Sauf manger du céleri. Mais simplement parce que c'est long de le faire. Et puis mon joli minois devrait suffire ? Non ? Si je ne me met pas au travail j'aurais le droit à la corvée toilette pour le restant de ma vie ? … Oui donc je disais que c'est un réel plaisir de faire cette partie ! Mais assez patienté, commençons donc cette divine description.

Débutons par mon visage et tout ce qui l'entoure ! C'est le plus simple et de toute façon vous n'avez pas d'autre choix que d'être d'accord avec moi le narrateur personnage tout puissant, enfin je veux dire, bien moins puissant que vous, ô admin puissant. Je possède un visage rond, ayant encore les joues de l'enfance, c'est à dire bien ronde que généralement les tantes adorent pincer bien fort, d'ailleurs je suis sur que c'est parce que l'on me la trop fait étant plus jeune que j'ai encore cette forme du visage à quinze ans trois quart ! Quoi ? Comment ça mon argument ne tient pas quand on voit la totalité de mon corps ? Mais je … oust ! Laissez moi continuer tranquillement. Ensuite passons à mes yeux, mes très grands yeux. D'ailleurs, c'est vrai qu'ils sont énorme quand on les regarde bien … Zut alors, j'avais jamais réellement fait attention à ce détail. De même que ces grands yeux sont d'un beau rouge écarlate, on m'a toujours dis que c'était des yeux de démons, qu'ils apporteraient malheur et trahison. Mais en faite, à part la mort de mon frère, il n'est jamais arrivé de pareil événement, racontar de vieilles sorcières boiteuses … à par ça, on me dit qu'ils sont rempli de malice et que j'ai un regard franc et déterminé. Ce qui est vrai ! Mais nous développeront ça dans la partie morale, voulez vous ? J'ai de très long cheveux, pas autant que Raiponce certes, mais ils m'arrivent au bas des fesses tout de même. Ils sont tout aussi rouge que mes yeux et brillent au soleil, ils sont si doux, si soyeux … Non mais vous y croyez vraiment ? Des cheveux aussi long ! Ils sont insupportable oui ! Tous les matins, je mets quarante cinq minutes pour les coiffer, et s'ils sont électrique et que je suis obliger de les lisser, comptez bien une heure et demi ! Ensuite, ils s'entremêlent pour un rien ! Je me ruine en produit pour espérer leur donner une apparence convenable ! Moi qui est horreur de dépenser un sou ! Non vraiment, le seul point positif avec ma tignasse c'est que je peux leur donner la coupe de cheveux que je veux ! Mais que dis-je ! J'ai oublié un autre point positif à mes cheveux … On les vois de loin, de très loin, donc les gens me remarquent et j'adore ça !

Aller hop ! Passons au reste du corps maintenant ! La partie que je n'aime le moins. Oui car je suis petite, mais attention du genre un mètre cinquante et un, pas plus. C'est assez frustrant d'avoir un corps si petit. Mais attention ça ne veut pas dire que je n'ai rien dans les bras ! Je frappe fort ! Très très fort ! Et je n'hésite pas à utiliser les coups les plus bas pour gagner. Mais, j'ai encore de la chance, mes formes sont proportionnelles à ma taille. En effet, j'ai des formes, elles sont certes légères mais j'en ai. Ma poitrine est bien présente je vous assure, laissez lui juste le temps de se développer un peu avant de la juger cette pauvre petite. Mais je n'ai aucun complexe avec, j'assume mon corps de lolicon. Même si j'attire plus les vieux gros pervers que les jeune de mon age, quel injustice. Mais ce corps, bien que petit et très troublant, me permet justement un effet de surprise. Après tout, qui penserez qu'une fille comme moi à la possibilité de vous envoyer un brasier x dans la tronche à la moindre petite remarque désobligeante ? Ma peau est laiteuse, comme vous pouvez le remarquer, mais j'ai quelques petits muscles tout de même et tout laisse présager que dans un avenir, lointain ou proche, je serais extrêmement belle. En tout cas en attendant je me trouve particulièrement mignonne et adorable ! Non ! Je ne suis pas narcissique bon sang ! Je ne fais que voir la réalité en face.

Et enfin, nous attaquons la toute dernière partie de la physionomie, mon style vestimentaire et toutes les petites bricoles qui vont avec ! Donc allons y, finissons en vite ! Je m'habille avec un uniforme que l'on peut trouvé dans les lycées ou collèges de temps à autre, pourquoi ? Parce que c'est sans aucun doute plus pratique et plus confortable … Mais il m'arrive aussi de porter ma tenue d'entrainement ! C'est à dire la tenue que je met le plus souvent, de même que cette tenue comporte une partie métallique à mon bras, qui se transforme en armure quand je pose ma main dessus, comme presque tous les disciples. Il m'arrive aussi de porter des tenus soft ou tout simplement à la mode, je reste une fille ne l'oubliai pas. Tout ce qui flash, tous les accessoires, chapeaux et autres, j'adore. Mais, j'aime aussi sortir du lot en portant des fringues uniques, vous me direz, si j'avais suivis la mode, j'aurai succombé aux ténèbres. Mais ce n'est pas le cas, car j'ai bien trop peur de me prendre un coup assez violent par mon master. Mais, le plus important dans cette partie reste le collier que je porte autour de mon cou. C'est une pierre rouge entouré d'un fil d'or mais il reste extrêmement précieux, car il s'agit du tout premier cadeau qu'on me fit, et ce présent me fut offert par une personne maintenant morte consumée par les flammes d'un enfer brulant.

Et voilà, c'est la fin de cette présentation physique ! Vous avez pu voir ma sublime beauté et tout ce qui va avec ! Maintenant je vais me lancer dans le reste de cette fiche.


Les Ténèbres sont l´essence même du coeur ! ~

La description mentale est, à mes yeux, la partie la plus importante d'un fiche, le cœur même de la fiche car c'est ici que l'on apprend le plus de chose sur nous. L'histoire, tout le monde en à une, elle est l'origine même de ce qui nous fait, mais savoir une histoire ne signifie pas connaître la personne. C'est pour cela pour que cette partie, je changerai de ton pour la plupart de ce que je vais vous dire, et je pense qu'il est temps de lever le rideau sur ma personne.

Commençons par les choses les plus basiques, vous savez les « je suis gentille aimable ... ». Et bien, le plus important serait de dire que je suis moi. C'est à dire que je suis naturelle, la plupart du temps, je ne me cacherai pas derrière un masque pour essayer de vous plaire, sauf quand ma vie ou bien mon grade est en jeu. Comprenez moi, quand je tombe en face de Sephiroth, je fais profil bas. Évitons de mettre le bretteur le plus fort des mondes en colère. Ça ne rimerai à rien. Oh tiens, cela me permet de dire à quel point je suis impulsive et grande gueule ! Si si je vous jure, je ne sais pas tenir ma langue, n'allez jamais me répéter un secret surtout ! Vous risqueriez de le regretter amèrement. Je suis une fille plutôt souriante et très sociale, tout du moins quand je connais la personne. Je suis casse coup et je n'ai pas peur de me blesser si cela peut me permettre d'atteindre des sommets, encore et toujours. On me dit très farceuse aussi, et extrêmement dur. Les deux sont faux, je ne suis dur qu'avec moi même et je ne fais que rarement des farces, sauf à Venom mais ça c'est tout à fait différent. Seulement, je suis avare, avare de puissance et avare tout court. Oui, parfaitement j'aime l'argent ! Je l'aime tellement que les mogs et moi, nous ne pouvons nous voir en peinture ! Non mais c'est des voleurs ! De vrais voleurs je vous l'assure ! Mais comme je l'ai cité plus haut, je suis aussi assoiffé de pouvoir, je me dois d'être la plus forte ! Encore ! Toujours ! Je ne peux pas permettre à Venom de me surpasser ou quoique se soit d'autre, je ne peux pas me contenter de la seconde place. C'est impensable !

Oui, je suis orgueilleuse, extrêmement même pour tout vous avouez. J'ai mauvais caractère et je supporte moyennement que l'on soit supérieur à moi, excepté les maitres auquel j'ai un profonds respects, mais je ne supporte pas perdre. Il n'y a rien de plus humiliant que la défaire ! Je suis narcissique, égocentrique et puérile, je l'avoues, et je ne le nierai jamais. Il n'y a pas de honte à ça, sauf que ces éléments renforcent mon coté orgueil. Je peux être extrêmement gentille, il n'y a pas de problème avec ça, seulement je suis ainsi. Quand je suis mécontente, je peux être sarcastique, ironique et cruelle. Parfois même, je touche dans le sadisme et l'hystérique. On me dit que je joue trop avec les parties ténébreuses de mon cœur, mais à mes yeux, tout cela est faux, c'est tout simplement faux. Pour moi, mon cœur est composé de flammes, de flammes ardente et flamboyantes. Des flammes qui représentent tout aussi bien l'amour, la joie que la haine et la jalousie. Une terre neutre auquel je me laisse consumer petit à petit. Il n'y a pas de honte mais il n'y a que deux solutions … Soit j'arrive à contenir l'équilibre, encore et encore, soit je chuterai dans l'un des deux extrêmes. Les ténèbres éternels ou la lumière aveuglante. En tant que porteur de la keyblade, je suppose que mon destin est de choisir l'un ou l'autre. Tant que cela me conduit à la force, je ne cracherai pas dessus.

Ensuite, nous pouvons dire que comme toutes les jeunes demoiselles existant à travers les mondes, il m'arrive parfois, de temps à autres, de ne pas avoir le moral. C'est très très très facile de le remarquer, en effet je suis habillé à la va vite, le plus souvent jogging, vieux t-shirt et chaussette trouées, et je traine au lit en tirant la tronche, ne répondant que par des morceaux de mots ou des onomatopées. Dans ces moments là, je suis asociale au possible et je me montre extrêmement énervante. Je peux être une véritable tête de mule quand je le veux, alors il est impossible d'avoir une conversation sensé avec moi dans ces conditions là. Et je suis d'humeur meurtrière quand je suis dans ma période, à ne pas oublier surtout. Il y a aussi des moments où je vais être totalement différentes, beaucoup plus … Comment dire … froide, beaucoup plus amère et inexpressive. Pour être franche, je me comporte surtout ainsi avec les gens que je ne connais pas ou que je n'aime pas. Rester stoïque et voir si la personne est de confiance ou non. Notez que je ne vais pas sauter au cou de Vanitas par exemple. Je ne cherche pas réellement la sympathie des gens, mais si on me l'offre je la prend avec grande joie. J'aime taquiner aussi, alors ne vous étonnez pas si parfois je m'amuse à vous dire des choses qui pourrait faire rougir le plus chaste des moines. Il existe des moments aussi où je suis triste, tout simplement, car c'est dans ces moments là où je me rappelle tout ce que j'ai perdu, et le peu que j'ai gagné. Je suis nostalgique, c'est vrai, mais en même temps je ne veux pas que le passé me retienne alors que je ne désire qu'une chose : avancer.

Il existerait bien des choses encore à dire sur le cœur d'une personne, mais je pense que pour l'instant, il est bon de s'arrêter ici. Et puis, vous pouvez bien vous donner une idée de qui je suis maintenant ! Non ?



garder vos bras à l'intérieur du tapis ~
    J'aime :
    1 ▪ les sucreries
    2 ▪ les flammes
    3 ▪ être unique
    4 ▪ être forte
    5 ▪ Venom
    Je n'aime pas :
    1 ▪ mordre la poussière
    2 ▪ la glace
    3 ▪ être seule
    4 ▪ Venom
    5 ▪ décevoir


& the show must go on.
-----------------------------------


Toutes les histoires n'ont pas une fin heureuse ~

Ce monde qui est le mien
Mon histoire ne devrait débuter que par « il était une fois une sublime princesse aux cheveux de feu qui attendait son prince charmant. », malheureusement, ce n'est pas le cas, et ce ne sera sans doute jamais le cas, vu que la races des princes charmants est en voie de disparition de nos jours. Mais que voulez vous, les hommes ne connaissent plus les bonnes manières, on ne peut rien y faire, alors au lieu de se plaindre devant la perte des gentlemen, je pense qu'il serait une bonne chose de vous faire un rapide récapitulatif de ma famille avant que je naisse, c'est une bonne idée non ?

Mes parents vivaient à Azury, une cité se trouvant dans un monde nommait Gaïa. Mon père, Caleb Rider, était l'épicier d'un quartier où vivait essentiellement des personnes ayant dépassés les soixante-dix ans, une clientèle très fidèle donc. Cet homme avait les cheveux de la même couleur que ceux que je possède, c'était un homme souriant et aimable bien que taquin sur les bords, il ne vivait que dans le présent, bien qu'il est perdu sa famille étant plus jeune dans un accident de voiture. Toute sa vie, il avait sourit. Il était fort, c'était un homme qui aurait été des forces de la lumière et qui n'avait pas une once de haine ou de colère en lui. Pourtant, maintes fois je me suis dit qu'il aurait dut se venger des regards des autres, trop arrogants ou trop méprisants, mais non, pour lui seul était important que sa famille se porte bien. Je crois que je regrette sa disparition. Ma mère, Nevenriel Rider, était beaucoup plus douce. Jusqu'à son mariage avec mon père, elle était conteuse d'histoire dans une petite école de quartier, bien évidement ce n'était pas le même que celui de mon père. Ces deux là se sont rencontré par hasard, alors que ma mère achetait du lait chez mon père. Elle était très douce, très posée, je n'ai jamais vu qu'un sourire sur son visage, des mots réconfortants et ses douces caresses de mère. C'était un couple exquis et délicieux. Et parmi eux vivait la mère de ma mère, soit ma grand mère, Varen Medolia. Cette femme était, comment dire … Pétillante de vie. Si sa fille était douce et sereine, elle était excitée et toujours exubérante, avec ce grain de folie qui faisait qu'on l'adorait. C'était une vieille femme de petite taille, mais qui s'exprimait à sa façon, elle portait essentiellement des vêtements flashie et était sans aucun doute beaucoup plus en forme que Venom et moi ne le seront jamais. Cette vieille femme s'amusait à tout bout de champs, faisant tester énormément de choses à ma famille, dont les petits problèmes avec la police. Mais le pire de tout c'est que mamie se prenait pour une voyante. Mais du genre avec les boules de cristal, le tarot et tout le tatouin ! D'ailleurs ce fut elle qui choisis nos prénoms avec son « instinct ». Tu parles ouais … Enfin on t'aime quand même mamie.

Ensuite vint le tout premier enfant de cette famille au caractère bien trempé. Son nom ? Tren Rider. Imaginez, quand ma mère fut enceinte de cet idiot, ma grand mère était folle de joie, sautant et ballottant sa poitrine de droite à gauche et riant comme une folle. Ses breloques s'entre-choquaient et faisaient un bruit du tonnerre, et elle paria sur la naissance d'un petit garçon ! Et évidement quand Tren arriva, la présence du spaghetti entre les jambes prouvant qu'il s'agissait bel et bien d'un garçon, elle s'exclama de joie qu'elle avait raison. Et c'est ainsi qu'elle se retrouva à tenter désespérément de faire appeler ce garçon Trender. Mais ma mère trouvait que ça sonnait trop brutal à l'oreille et elle refusa catégoriquement, et ce fut le début d'une très longue nuit de négociation, que mon père renonça à suivre rapidement. Comprenez le, lui il voulait juste que ces deux femmes arrêtent de blablater sur le fait ou non que son fils soit une futur brute épaisse. Surtout qu'il ne souhaitait pas ça pour mon frère. Non, mon père voulait que mon fils soit un coureur de jupon, un mec qui aurait de la classe et de la cervelle ! Qu'il soit protecteur envers la futur progéniture que ma mère et lui envisageaient de de faire. Enfin, à ce moment là c'était surtout lui, ma mère n'était pas au courant de ses projets de « huit enfants, tous des garçons ». Le verdict du nom de mon frère tomba à l'aurore, par un grand coup victorieux de ma grand mère qui avait réussit à négocier Tren. Ma mère poussa alors un soupire de lassitude et alla directement se coucher, alors que ma mamie commençait un déhanchement qui aurait mis mal à l'aise quiconque l'aurait vu. Ce fut d'ailleurs le cas de mon pauvre père, après vous vous étonniez que les hommes fuient les pistes de danse hein ... Tous les hommes ont juste dut rencontrer ma mère grand, c'est tout. Et le pire c'est que se ne serait même pas étonnant.

Et enfin passons au dernier membre de ma famille, celle que vous connaissez aussi. Oui, je veux bien sur parler de Venom la peureuse. Qui ne la connait pas celle là, on la voit partout ! C'est sans aucun doute la seule personne a croire qu'il existe une once de lumière dans le cœur de ce cher Vanitas. Ce qui rajoute le coté naïve ou complètement suicidaire à son caractère. Enfin, là n'est pas la question. Venom naquit quatre ans après notre frère, elle fut donc la deuxième de la famille. Mon père roucoulait sans cesse contre le ventre de ma mère qui la berçait déjà tendrement alors que ma grand mère tournait autour d'elle, en gigotant un poisson séché et très odorant en chantant et dansant la fameuse danse de la « chance ». En faite, selon les témoins, cette danse devait surement servir officiellement à rendre le bébé complètement fou, mais ô malheur ça ne fut pas le cas. Non, Venom vint au monde en Juin, encore plus braillarde qu'elle ne l'est maintenant, et oui c'est possible … Venom est pleine de ressource. Seulement, vint le retour du débat dans la famille Rider, comment cette petite fille allait elle bien pu s'appeler. Tren proposait des noms sordides tels que « Godzila » ou bien encore « Montre Cuite », notre père se demanda même si notre adorable frangin n'avait pas pris quelque chose qu'il n'aurait jamais dut prendre en rentrant de l'école. Il faut dire, le petit garçon de quatre ans était plein de vie, vraiment … Peut être trop. Mais cela ne régla pas le problème de nom de cette nouvelle arrivante. Alors mamie eut la solution, comme toujours elle proposa un nom qui lui était bel et bien propre.

    - On va l'appeler Venom ! s'exclama la vieille, fière de sa trouvaille.
    - Venom … Mais, c'est un nom de garçon ça, fit remarqué notre père, délaissant la contemplation de sa fille.

Mais mamie, toujours fière des noms qu'elle trouvait assura que c'était celui qu'il fallait pour cette petite ! Elle lui clama un avenir de petite battante, une petite boule de nerf, une fille courageuse, tout comme son grand frère … Mais maman était toujours épuisé alors elle accepta sans rechigner, mais cette fois se fut mon père qui grinça des dents, mais n'ose contredire ma grand mère. Elle savait utilisé sa poitrine mamie, et pas forcement que pour danser. Vous êtes vous déjà pris une paire de 110E tombant en plein dans les dents ? Sachez que cela fait très mal.

Voici l'univers où je naquis donc. Des parents différents mais qui éprouvaient un amour immense pour leur progéniture, une grand mère complétement folle qui détenaient le record d'ânerie à faire et qui avait le swing dans la peau, un grand frère un peu taquin et une grande sœur peureuse au possible. Aujourd'hui, me rappeler de tout ça me rend toute chose, car, je me sens très différente d'eux. Tous si remplie de lumière et de joie ... C'est une sensation que je déteste.


J'ai vu la lumière du ciel
Un nouveau né rayonne de lumière pure, car il ne fut pas encore corrompu par son environnement. C'est ce que me raconta ma grand mère, quelques années après ma naissance, je suppose qu'elle me conta ça pour me mettre en garde, que c'était le seul moment où elle m'avait vu briller dans la lumière. C'est assez insultant en sois je dois bien l'avouer, mais elle avait raison. Ce jour là, j'étais encore pure et offerte à la lumière ...

Quand ma mère annonça qu'elle était enceinte, ce fut un mélange de joie, d'extase et de terreur. Pourquoi donc ? Et bien c'était après un nouveau venu dans la famille, mais aussi une autre grande nuit de négociation pour le prénom avec mon inimitable grand mère, et ça, ça pouvait vous refroidir directe. On attendit donc un peu avant de lui dire, un peu beaucoup même. Seulement, mon père était tellement gaga de son futur troisième enfant ( il en manquerait plus que cinq après pour réaliser son rêve) qu'il fut extrêmement difficile de le contenir. Venom, alors âgé de quatre année était aussi maladroite qu'un veau venant de naître, par conséquent, je vous laisse imaginer les dégâts et évidement il y avait Tren … Tren qui regardait avec attention le ventre de ma mère, essayant sans arrêt de m'apercevoir en plissant les yeux et fronçant son bout de nez. Si j'avais été là, je vous jure que je lui aurais collé une patate, j'ai horreur qu'on me fixe trop longtemps de cette manière, j'aime que l'on me regarde avec fascination et envi, c'est tout. Mais ma mère aimait me dire que parfois il me parlait et me racontait des histoires, et je me doute le genre d'histoire qu'il me racontait … Dinosaure encore et toujours, à huit ans c'était sa passion, quoique à quatre ans aussi. De plus ma mère n'arrêtait pas de se caresser le ventre et de roucouler sans arrêt encore et encore et encore. Alors vous vous doutiez bien que la vieille sut rapidement que je n'allais pas tarder à arriver. Ce jour là elle bondit partout en hurlant des « ma fille est enceinte ! Ma fille attend un garçon ! ». Ce fut la fin de la paix dans cette maison.

Le problème voyez vous, c'est qu'avec ma grand mère, je changeais de sexe tous les jours, un coup j'aurai été un petit gars, un autre une adorable petite fille. Autant vous dire que le débat était lancé et rien ne pouvait l'arrêter. De même qu'une guerre sans merci c'était lancé entre Venom te Tren, les deux n'étant pas d'accord sur mon sexe. Venom voulait une petite sœur, dieu sait à quel point elle le regrette aujourd'hui, et Tren voulait un petit frère. Ce fut donc l'un des sujets de disputes les plus fréquentes entre les deux gnomes. Et ouais, même pas encore née que je faisais déjà des dégâts, Xemnas peut aller se recoucher. Plus le ventre de ma mère s'arrondissait, plus les membres de la famille Rider se faisait envahissant avec moi. Enfin le ventre quoi. Toujours à le papouiller, lui parler, comme si j'allais sortir comme par miracle, tel un œuf de pâque ! Vraiment j'aurais bien voulue voir cette scène. Puis, au fil des mois vint le moment fatidique de ma naissance, le moment qu'ils attendaient tous avec impatience. Cela se déroula le quatorzième jour du mois d'aout.

C'était en plein milieu de l'après midi, alors qu'il faisait horriblement chaud. La famille avait décidé de faire une ballade en ville, pour faire prendre du soleil à ma mère qui ne supportait plus de m'avoir dans son ventre. D'après ce qu'on m'a dit, j'avais sans arrêt le hoquet, j'étais agitée et j'empêchais ma mère de dormir la nuit. Enfant terrible ? J'avoue et j'assume. Mais je n'étais même pas encore né, alors j'ignore si on peut mettre ça sur le tableau de chasse. Enfin bref, ma mère n'attendait qu'une chose, que je sorte de là pour que l'on puisse me bichonner et en espérant que je m'arrange avec l'age. Bon revenons à nos moutons … Ils étaient tous installé autour d'une table d'un petit restaurant de quartier chic quand ma mère poussa un sifflement de douleur. Rassurant mon père qui s'était levé ilico, elle caressa son énorme ventre avec un sourire tendre puis retourna à sa discussion ô combien passionnante sur les premiers écrits de Venom, je tiens à dire qu'à cette époque elle écrivait mal, c'est normal, elle débutait … Sauf que ça c'est tout, sauf arrangé en vieillissant. Enfin je ne dénonce pas, j'informe juste. Seulement … Quand ma mère se figea en blanchissant pour annoncer qu'elle perdait les eaux, ma grand mère poussa un hurlement qui aurait fait fuir ce brave Jack Sparrow et mon père tomba dans les pommes. Il paraît que le trajet en voiture était hilarant. Mais comme j'ai pitié de vos pauvres âmes, et parce que je ne veux pas me rappeler de l'époque où ma grand mère me raconta ce passage de ma vie, nous allons sauter avec joie l'accouchement. Puis vint le moment tant attendu des prénoms.

Ma grand mère me jugea un petit moment, se se grattant son menton, où il était possible de voir plusieurs petits poils, elle baragouina deux petites choses puis fit un immense sourire.

    - Enea. Il faut l'appeler comme ça, fit-elle simplement en se tournant vers son « public » tout en levant l'index.
    - Enea ? Et pourquoi donc ? demanda l'homme de la maison pendant que Tren me tirait la joue sans pitié.
    - Parce que cette enfant sera aussi douce qu'un ange et aussi fragile que la flamme d'une bougie et qu'elle se perdra facilement ! Voilà pourquoi ! déclara t-elle comme si c'était une évidence même.

Évidement, ma grand mère fut à coté de la plaque. Je ne fus en rien douce, fragile et tout le baratin. Elle regarda alors ma sœur ainée et lui dit de veiller sur moi, ce qu'elle accepta avec un immense sourire, pauvre enfant, elle ne se doutait pas à l'époque ce que je lui ferai subir aujourd'hui ! Mais ce fut ce jour là, après mainte et mainte heures de travail de ma mère, maintes et maintes papouille de mon père et de calin des autres, que l'on pu me considéré comme existante.

Ce fut sans aucun doute l'unique preuve que ma grand mère avait un pouvoir ou autre chose mais ce n'est pas bien important. C'est à partir de ce jour que commença mes aventures, par conséquent, tout ce qui fit que je suis moi dorénavant. Tout ici est lié, tout suit une suite logique. Celle qui me conduisit à conclure que ténèbres et lumière devaient vivre dans mon cœur en communion sous forme de flamme.


Quelque chose qu'hier encore n'existait pas
Je ne saurais dire pourquoi, mais je pense que ce passage de ma vie reste important, peut être parce que c'est à partir de ce moment que je me suis adoucie un minimum, ou que je reçu l'unique cadeau que me fera mon radin de frère de toute sa vie ou tout simplement parce qu'il s'agit d'un des rares moments de ma vie où je nomme Venom « Grande Sœur ». Autant vous dire que pour moi c'était impensable de le dire dans ma vie. Je ne l'ai dit que trois fois exactement et on ne peut que s'en souvenir …

Bébé, je fus étonnamment mignonne et adorable, ma mère en remerciait le ciel et la vieille qui se prenait pour une « Mama Voit Tout » s'époumonait à dire qu'elle l'avait prédit, que je serais un petit ange tombait du ciel. Mais cela ne dura pas bien longtemps, c'était tellement prévisible en même temps … Le calme avant la tempête, tout simplement. Je fus une véritable vipère, dès qu'on me mit à l'école maternelle. J'étais une véritable plaie, une peste, une fille hargneuse. Quiconque venait me parler risquer de se prendre un coup de mon petit poing en plein dans le nez. Les mômes de mon age étaient mes ennemis, je leur faisais subir les pires misères avec comme exemple : remplir leurs chaussures de sables ou bien encore leur balancer des ver de terres aux visages. C'est fou ce que j'étais détestable petite. Mais la pire de mes victimes fut certainement ma ô combien douce et tendre grande sœur. Jamais personne n'avait autant maltraité sa sœur ainée que moi, ô divine peste que j'étais. À cette époque, il n'y avait rien d'amusant, c'était simplement de la cruauté pure, j'adorais la voir se mettre à pleurer et trembler comme une pauvre feuille morte, bien qu'elle est quatre ans de plus que moi, je la dominais comme personne. Ma grand mère c'était belle et bien trompé sur ce coup là, j'étais le diablotin, elle était l'ange, toujours si pleine de lumière … Pouah ! Écœurante ! Voilà ce que je ne cessais de me dire quand je la voyais, toujours si entouré malgré sa timidité maladive. C'était pareil pour Tren mais étrangement, je ne ressentais pas autant de haine pour lui que pour Venom. Mes parents me reprochaient souvent mon comportement, même tout le temps, il me disait de prendre exemple sur elle, c'est peut être pour ça que je l'ai haïs. Mais attention, il s'agit d'une haine d'enfant, brulante mais presque inoffensive.

Une jalousie incompréhensible, je l'enviais, elle la chouchoute de tout le monde, alors qu'il était logique de comprendre que ma solitude et la rancœur des gens n'avaient été engendré que par moi, et moi seule. Mais mon cœur d'enfant refusait même d'observer cette idée, je ne pouvais être que la victime d'une machination, conspiration ou tout ce que vous voulez dans le même genre. Je lui faisais payer au centuple toute la frustration que je ressentais, combien de fois je l'ai poussé dans les escalier, piétiné, rabaissé. Je lui ai fait manger des vers de terres, je lui cassais ses jouets … J'ai tout fait pour qu'elle me haïsse, ou du moins, tout ce qui était possible pour une petite fille de quatre ans. On me regardait, on me jugeait, et on élevait ma sœur à un rang de martyr. Malgré toutes les crasses que j'ai pu lui faire dans ma vie, elle continuait à me sourire et tenter de me protéger … Faudrait d'ailleurs qu'elle comprenne, même aujourd'hui, que je n'ai pas besoin d'être protégée. Non mais oh.

Seulement, plus le temps passait, plus je me montrais horrible, contrôlant avec plaisir les larmes de ma chère sœur ainée. Ce fut sans aucun doute pour cela qu'il intervint ce jour là. C'était comme tous les autres jours, je m'étais fait repousser par un groupe de fille de mon age pour jouer à la poupée, oh bien évidement, elle avait seulement prétexté qu'elles n'avaient plus envi d'y jouer avant de fuir mais cela m'énervait. Je leur faisais peur, alors que je n'étais pas plus haute qu'elle, je ne pouvais pas mettre ça sur le compte de ma méchanceté, car à mes yeux je ne l'étais pas. En rentrant chez nous, je me mis à jouer seule dans ma chambre avec la poupée de chiffon que ma mère m'avait faite et que j'adorais. Je n'avais besoin de personne pour jouer et m'amuser, ou du moins, c'est ce que je voulais faire croire. Aussi loin que je me souvienne, je désirais avoir des amis, mais mon sale caractère m'en empêchait, et évidement cela ne pouvait jamais être de ma faute. Horrible peste ? Je vous l'accorde mais n'en abusez pas trop, je pourrais mal le prendre. Venom entra dans ma chambre et s'agenouilla devant moi en me demandant si elle pouvait jouer avec moi. Je devais paraître extrêmement mécontente ( voir un peu triste, MAIS JUSTE UN PEU ) pour que même elle me propose de jouer. Seulement cette gentillesse m'écœurait, c'était ce qu'il me manquait après tout. Alors je me mis à lui balancer ma poupée et lui bondit dessus pour lui tirer les cheveux tout en la griffant. Elle m'énervait, la si parfaite Venom ! Combien de personnes ne cessaient de dire que ce nom ne lui allait pas ? Du venin ? Si elle en était un ! Pour moi c'était le pire des poisons et je ne voulais qu'une chose, l'exterminer.

Ce sont sans aucun doute ses cris qui firent accourir Tren. Le puissant Tren. En voyant la scène il m'attrapa par les épaules et me jeta contre le mur avant d'aider ma sœur à se relever et sécher ses larmes. Il avait huit ans de plus que moi, alors que j'en avais que quatre, mon frère ainée en avait douze. Il était bien évidement plus fort que moi, je ne pus donc opposer aucune résistance, c'était comme ça. Je ne pus qu'observer avec horreur à quel point Tren traité avec douceur notre sœur, alors que moi, bien que plus jeune, j'avais été sans pitié projeté contre le mur saumon de ma chambre. Je récupérais donc ma poupée et quitta cette chambre que je partageais avec Venom. Oh je ne put aller bien loin, juste dans le jardin, caché derrière le grand chêne. Je ne pus dire pourquoi mais à cette époque je fus blessé d'être ainsi traité. Je me sentais mal et je leur en voulait énormément, mais je ne pourrais dire pourquoi, car après tout je me convainquais que je le voulais. Puis une main se posa sur mes cheveux et quelqu'un s'asseoir à coté de moi.

    - Tu es une terreur 'Nea , soupira Tren en croisant les bras. La pire de toute, à croire que tu es née pour blessé ta sœur.

Cette remarque m'énerva bien évidement, et j'allais lui rétorquer une phrase quand il se mit à m'ébouriffer ma tignasse rouge, ce qui m'énerva évidement encore plus que je ne l'étais déjà.

    - Soit plus gentille Enea … Tu sais que tu fais du mal à tout le monde ? me demanda t-il, bien que sa question sous entendait qu'il n'y avait rien à répondre. En plus, tu te fais du mal à toi aussi.

Cette phrase eut l'effet d'un coup de poignard, je ne sais plus exactement ce qui se passa dans mon petit corps, mais je me sentis bizarre, au point de vouloir pleurer encore et encore. Ce que je ne compris pas, c'est pourquoi est-ce que sa phrase me fit de l'effet, alors que des dizaines d'autres personnes me l'avait dit avant lui. Tren avait toujours eut ce pouvoir, celui de lire en nous comme des livres ouverts, avec son grand sourire d'abruti débile ou bien encore ses farces plus que puérile. C'était dur pourtant de ne pas l'apprécier, c'était en quelque sorte mon chevalier étant petite. Il y avait cette histoire que l'on me racontait … L'histoire de deux jumeaux, l'un étant devenu souverain d'un royaume et l'autre son serviteur. Le premier étant plus froid et cruelle que la glace, il régnait sans aucune pitié, alors que l'autre était plus doux et compréhensif, à la fin le serviteur prend la place de son jumeau pour le sauver d'une mort certaine par amour pour ce dernier. Mon cœur d'enfant me disait que Tren aurait été prêt à faire de même pour nous. Peut être était-ce pour cela que contrairement à Venom, je ne l'ai jamais haïs.

    - La solitude … C'est un sale sentiment ça hein , me fit il en se grattant l'arrière du crâne. On a beau être à coté des autres, ils n'y a rien à faire, on n'existe pas, ils ne nous regardent pas et pourtant quand leurs regards se posent sur nous, c'est pour nous mépriser. C'est franchement pas agréable pour une minuscule princesse, dit-il de la même manière qu'on raconte une histoire, ce que je ne compris bien évidement pas.
    - Hein ? Mais de quoi ?
    - Mais, ça doit être dur pour ma minuscule princesse de n'avoir la confiance de personne …

Mon regard se voila, c'est vrai, personne dans mon entourage ne m'avait fait confiance, même une enfant comme moi pouvait le ressentir. On ne me confiait aucune tache, je n'avais certes aucune corvée, mais c'était tout simplement parce qu'on ne m'en croyait pas capable. Je n'étais qu'une détestable enfant pourrie gâtée par son comportement de princesse démoniaque. Tren remua à coté de moi puis se mit en face de moi à genoux. Il me fit un sourire de grand frère, l'un des rares qu'il avait quand il devait jouer son rôle. Il me mit autour du cou son bien le plus précieux, quelque chose que normalement nous n'aurions jamais eut le droit de toucher. Le précieux collier que lui avait offert mon grand père avant de mourir. Un collier qui avait une sensation de douce chaleur contre la poitrine, brulante sans l'être, rassurante … Comme la chaleur d'un feu de cheminée en plein hiver. Je pris le bijou entre mes mains et l'examina avec attention, me demandant ce que mon frère attendait de moi.

    - Je te le confis … Tu sais que c'est très très très précieux pour moi, hein 'Nea, tu le sais ça ? me demanda t-il en remuant son index.
    - Vi … C'est le cadeau de papy.
    - Bien , répondit-il alors qu'un sourire se dessina sur ses lèvres. Écoutes moi bien maintenant, ce collier représente toute ma volonté, toute ma force pour vous protéger Venom et toi. En te le confiant, je te fais confiance, je te donne l'objet le plus cher à mon cœur pour que tu en prennes soin. Tu comprends Enea, j'ai confiance en toi, répéta t-il pour être sur que je comprenne.

Mais déjà je ne l'écoutais plus, j'étais … comment dire … Sur le cul pour être vulgaire. Vraiment. J'avais toujours admirer ce collier avec beaucoup d'intensité et de fascination mais jamais ô grand jamais je n'avais osé le toucher de peur de me faire crier dessus par mon frère. Mais je savais parfaitement ce que cela voulait dire. Je devais me calmer, réussir à faire ce que je n'avais jamais réussi alors, en commençant par m'excuser auprès de Venom. Ce que je fis, et pour montrer ma détermination au changement, je l'appela pour la première fois « Grande Sœur ». Autant vous dire qu'elle était au paradis. C'était vraiment quelque chose que j'aimais … ce petit collier.

À partir de ce jour naquit en moi le besoin d'être accepté des autres, de recevoir leur confiance et de protéger ce qui m'était chère. Venom y fit même partie, car après tout, elle était ma soeur. Je fus plus douce mais mes taquineries ne cessèrent pas. Je crois que tout le monde ressentis la différence, pour preuve, au bout de quatre ans, les base de la Enea Rider actuelle était posée.


L'enfer noirci ma chaire
Cette partie concerne ce que Venom déteste le plus au monde, les flammes et le souvenir. Pourtant c'est de là que tout commença réellement dans ma poitrine. C'est à partir de cet instant que je devins ce que je devais devenir. Il est quand même ironique de se souvenir comment je suis tombée dedans, la manière dont ma fascination pour les flammes est née. J'étais une étrange petite fille, et sans doute suis-je encore très étrange … Pour cela il faudra demander à mon entourage, je ne sais pas. Mais je demande si « lui » aurait été pour ce que je fais maintenant. J'aurai aimé lui poser la question, je pense.

C'était en Juin, une journée étouffante de Juin que l'on retrouve normalement en Aout, pour mon anniversaire par exemple. Je n'avais pas encore onze ans que j'étais déjà complètement excité. Cette journée-ci s'annonçait splendide, nos parents avaient décidés de nous emmener à la mer, chose que j'avais bien évidement tout de suite approuvé. La mer et moi c'était une grande histoire d'amour qui n'était pas prête de s'arrêter. C'est étrange quand on pense que ma magie est uniquement basé sur le feu. Peut être parce que de temps à autre, il est bon d'avoir un relaxant, comme je ne suis pas bonne à la méditation … Mais, c'est une toute autre histoire, autant rester dans le sujet principal, vous ne pensez pas ? Ma grand mère possédait une petite maison près de la côte et souvent, nous y allons pour simplement nous détendre, alors ce n'était pas la première que nous nous y rendions pour quelques jours. Quand la voiture se stoppa devant la maison, Venom fut la première à sortir, elle aimait l'eau autant que moi il me semble, peut être l'un des rares points que nous nous avons en commun. Pour faire bref, je dirais que cette première journée fut amusante à souhait. L'eau était bonne et j'avais coulé plusieurs fois Venom ( qui s'était vengé en me le faisant, aidé par ce traitre de Tren ). Les rires et les éclaboussures furent au rendez vous, ainsi que les coups de soleil pour cette chère Venom, en même temps avec une peau si blanche, ce n'est pas étonnant d'en avoir autant. La nuit, on eut beaucoup de mal à dormir, préférant de loin une bonne bataille d'oreiller que le goût d'un sommeil bien mérité. Que voulez vous, même petite j'étais une teigne hyperactive. Et puis, se sont d'excellent entrainement niveau stratégie. Enfin, comme vous pouvez le constater, le premier jour ne fut pas grandement passionnant.

Le second jour fut très similaire. Toujours les mêmes rire, les mêmes jeux. Pour vous cela doit vous sembler barbant, mais pour moi il s'agit des plus beaux jours de mon existence. Ce sont les précieux fragments de ma mémoire, avec eux, ceux que j'ai perdu ne mourront jamais. Les sourires de ma mère, les paroles de mon père, les folies de ma grand mère et Tren tout entier, tout ça se trouve dans les flammes ardentes de mon cœur, ces flammes qui dansent au rythme de mes sentiments. À l'époque je ne me rendais pas compte à quel point ces moments étaient précieux, mais après tout, n'est-ce pas quand on perd quelque chose que l'on comprend à quel point c'était important ? Ma vie prit une autre tournure le soir. Mes parents avaient été invité chez des amis pour la soirée, et ma grand mère tenait absolument à les accompagner pour une x ou y raison dont je n'ai plus le souvenir. Tren, du haut de ses dix huit ans, était donc chargé de nous faire manger et de nous mettre au pieu. Évidement, Venom obéissait, elle était tellement douce, un truc vraiment terrifiant, mais moi je voyais ça d'un tout autre œil. C'était le début d'un nouveau jeu, et celui là, je comptais bien le gagner. Je voulais manger des frites, je voulais regarder les vidéos porno sur son ordinateur portable, je courais partout, je sautais partout ! Mon pauvre grand frère, je le mis vraiment en difficulté ce jour là, mais on était tellement amusé. Ce fut les dernières heures de jeux avec mon frère.

Quand enfin nous nous décidâmes à aller nous coucher, il était dans les deux heures du matin. Je n'avais jamais aussi bien dormis qu'à ce moment là, mais c'était sans savoir ce qui se passait au rez de chaussé. Aujourd'hui encore, cette vision me foudroie sur place. Un faux contact ? Quelque chose que l'on a laissé allumé et qui était trop près d'un tissu ? Aucune idée, mais petit à petit un feu grandit et rapidement, prit des allures extrêmement importante. Sans dite si nous aurions poussé le jeu plus loin, nous aurions vu la naissance du brasier et l'aurions éteins avec un seau d'eau avant que celui-ci ne prenne trop d'importance, mais c'était bien trop tard. Alors que je me laissais aller dans les bras de Morphée, me laissant imaginer mille et une valse sur lesquels danser dans de sublime palais, laissant glisser mes petits pieds sur un parquet lisse et être plus brillante que n'importe quelle autre étoile. Mais je fus sortis de mes rêves par une violente poussé de Venom. De colère, je m'apprêtais à lui assener un coup avant de voir son visage paniqué. J'avais vu une multitude de visage à Venom, mais jamais celui-ci … Tren déboula alors dans la chambre dans un état de panique et d'inquiétude croissante.

    - Venom ! Enea ! Venez ! fit il alors qu'il me prit dans ses bras.

Nous sortimes alors de la pièce et là je pus admirer. Dès l'instant même où je vis les flammes crépitaient autour de nous, brulant le bois de cette maison, je sus qu'elles allaient bruler à jamais nos existence. La panique les gagna et Tren chercha à descendre les escaliers le plus rapidement possible en ordonnant à notre sœur de faire de même. Seulement les flammes avaient consumé le bois qui tombait en cendre sous notre poids, il fut sauter. Quand enfin nos pieds touchèrent le sol du rez de chaussé, Tren me déposa près de Venom qui me serra immédiatement contre elle, pendant que lui faisait tout son possible pour étouffer des flammes. Venom tremblait … Elle tremblait alors que la chaleur des flammes nous brulait. Ma sœur me serra et se recroquevilla m'entrainant dans sa chute, moi … Je regardais ses flammes de destruction détruire ce que je chérissais, puis vint un moment où il fut compliqué de respirer. Nos visions devinrent floue, bien que j'entendais encore clairement Tren nous ordonner de rester éveillé. L'odeur de souffre emplissait mes narines et me faisait tousser, pourtant je ne pouvais lâcher mon regard de ces flammes rouges et orange. Ce fut une poutre enflammée qui tomba à coté de nous qui me ramena à la réalité. Nous allions mourir, mourir brulé. La peur me gagna, me prenant dans les tripes. J'essayais de me mettre debout en toussant, tendant ma main vers Tren, le suppliant de nous sortir de là. Comment il y arriva je l'ignore. Tout ce que je sais c'est que Venom et moi furent projeté à travers la fenêtre et que nous furent soudainement sur l'herbe froide. Le contact froid me ramena à une once de lucidité et je pus voir … Voir les flammes destructrices détruire notre monde, nos souvenirs, nos existences.

J'essayais de me relever, mais un fragment de verre planté dans mon dos m'empêcha de bouger, je pus voir avec horreur que Tren, lui ne sortait pas. Je lançai un regard paniqué à Venom cherchant une réponse, mais elle aussi, elle surveillait avec horreur le moindre mouvement pouvant montré que notre frère sortait de ce cauchemar de flamme. Mais rien … Seul le crépitement de ce brasier ardent brulant tant qu'il était possible nous répondait, j'en avais le souffle coupé, je n'arrivais même plus à garder la tête froide. Puis un immense bruit d'éboulement retentit suivis d'un hurlement puissant mais bref. Venom fut la première levé en hurlant le nom de notre frère de tout son soul, cherchant désespérément à le faire sortir de là simplement par des cris de désespoir. Ces cris attirèrent les voisins qui nous éloignèrent immédiatement du lieu où mon frère brulait. Où sa chaire, son âme, son être tout entier fut brulés par la colère des flammes. Je suffoquais, je le réclamais, je pleuré … C'était horrible comme sensation. L'impression de sentir de la lave en fusion dans vos veines, cette boule qui vous prenait dans la poitrine, les convulsions qui vous prenez … La nuit fut longue. Et douloureuse.

De nombreuses vies furent ainsi détruite ce soir là. Ce qui avait toujours été venait de disparaître à jamais. Incendie criminelle, il en eut exactement dix-sept cette même nuit. Sur les quarante-deux habitants de ces maisons, huit survivants. J'étais dans un piteux état, l'une de mes jambes avaient été brulé sévèrement, et j'étais bandé de partout. Mais ce n'était pas le physique le pire … Il pleuvait, encore et toujours. Je n'arrivais pas à arrêter cette pluie qui coulait le long de mes joues et dans mon cœur … J'étais une poupée, une simple poupée que le feu consumait lentement mais surement. Je n'étais plus à l'intérieur de ses flammes, mais c'était tout comme … Je ne pouvais fermé les yeux au risque de visualiser mon frère en train de se faire consumer par ce feu destructeur. J'avais mal, ça faisais tellement mal. Mon cœur se consumait petit à petit, et je n'arrivais pas à me défaire de cette douleur. Mon père et ma mère pleurèrent beaucoup … Ma grand mère s'habilla de noir et ne fit plus aucun sourire avant très longtemps … Venom ne se montrait pas. Il pleuvait, encore.


Je crois qu'une tragédie m'attend
C'est toujours une chose étrange de repenser aux événements passés, un sentiment de manque qui est fortement désagréable mais que je suppose tout le monde a ressenti au moins une fois dans leur sa vie. De même que je suis persuadée que la perte de cet abruti me fit plus de mal que je ne voulue bien le croire et que même aujourd'hui, j'en garde des séquelles, peut être est-ce pour ça que je suis une accroc aux feux ...

Les années c'était écoulé, doucement, lentement. La blessure s'était certes cicatrisée mais elle faisait encore mal, parfois … Seulement, ni Venom ni moi n'avions décidé de nous laisser abattre, il nous aurait baffé, même si au début c'était très dur. On arrivait pas à prononcer son nom, on n'osait plus regarder les photos, notre mère fut pendant longtemps anéanti. C'était étrange comme sensation, celle de croire que ce n'est qu'un rêve, qu'une farce … Que cela ne peut être réel et que dans les secondes qui vont venir, le frangin allait traversé la porte avec son sourire de niais. Impossible, impossible, impossible. On arrivait, non, je n'arrivais pas à croire que c'était la fin, ce pincement au cœur était bien trop douloureux pour que je ne crois quoique se soit. Il n'avait que dix-huit ans, on ne meurt pas à cet age là, on vit ! Il me fallut plusieurs semaine pour me rendre compte que les grains de sables étaient tous tombés.

Il fallut attendre deux ans pour que tout redevienne presque comme avant. J'avais alors douze ans, et une langue bien pendue, alors que Venom était encore plus souvent sur mon dos, « pour me protéger » comme elle disait. Sauf que déjà à l'époque, je pouvais me débrouillé seul, et notre force physique s'égalait, quoique, j'étais peut être un peu plus forte qu'elle. Mais bon dieu qu'elle était pot de colle ma très chère sœur. C'était comme ça, toujours et encore. Enfin, cela valait bien une chose, on s'était rapproché. Peu de temps après … Enfin voilà, nos parents on déménageait nos chambres pour que nous vivions dans la même chambre. Horreur, je vous dis pas. La moitié est à moi, l'autre moitié à elle. Et bien on peut tout de suite voir une différence flagrante. Un coté, le mien, était un bordel monstre qui empilait vêtements, bouquins, argents parfois qui trainaient aussi … Enfin vous voyez le genre ! C'était mon bazar organisé, personne n'y touché, c'était mon mien ! Et à coté … C'était tellement propre qu'il y a presque des petites étoiles qui scintillent, vous voyez le genre ? Enfin, nous ne sommes pas là pour parler chambre. Mais, cette intimité lié nous rapprocha un peu plus, bien que se ne soit pas toujours facile à supporter.

    - Tu as des cils de stars ….
    - Ah oui ?! Tu trouves ?! Merci Enea, s'exclamait toujours ma sœur.
    - Ouep, de vrais cils de stars du X !

Généralement, elle sautait beaucoup moins de joie suite à ça. Mais le plus important, c'est que tout le monde était revenu comme avant, même notre insupportable grand-mère. Sauf qu'elle nous tournait autour pendant au moins cinq minute avec son étrange poisson pourri pour nous protégé du mauvais sort tous les matins, mais moi, je savais que j'étais protégée en quelque sorte, j'avais le médaillon de mon frère après tout. Je ne pouvais être que protégé, du moins c'est ce que je pensais. Souvenez-vous, il y a quelque années, il eut la destruction des mondes.



tout ici-bas nous dit adieu.
-----------------------------------


▬ prénom ou pseudo; call me ... Master lily ** /SBAF/ Aieuh ! Hum, Aurélie mais c'est Lily pour les intimes.
▬ age; J'ai seize ans trois quart ! Et le trois quart est très important !
▬ disponibilité; tout dépendra si je me sens bien sur ce fofow ~ mais en général c'est 5/7
▬ comment as-tu connu le forum; comme j'en avais ras la casquette de rp, une amie m'a conseillé de chercher un forum Kingdom Hearts ( notez la logique même ). Je recherchais un fow avec un staf actif qui s'adressait aux membres et qui n'essayait pas d'abuser de son pouvoir d'admin en supprimant un personnage parce qu'un membre du staff ne vous apprécie pas alors que vous aviez signalé que vous aurez beaucoup de retard ~ ♥ et des membres sympas bien évidement. Et la cocote et moi on est donc tombé sur votre forum en même temps, on a zieuté, on a sourit, on a tenté.
▬ niveau; entre ... 60 et 70, tout dépend de mon inspiration je pense.
▬ un mot; J'aime les macarons *o*

© destiny; Tout appartient à KH RPG renaissance.


Dernière édition par Enea Rider le Dim 23 Jan - 15:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enea Rider

avatar

Féminin
Nombre de messages : 132
Age : 23
Relation : Une soeur ainée, c'est suffisant ~
♥ Flux : 139
Date d'inscription : 26/12/2010

Who are you ?
X I am..:
Munnies: 300

MessageSujet: Re: ║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]   Dim 16 Jan - 18:40

    Bonsoir / Bonjour (désolé je me permet le double post)

    Je ne poste pas dans absence car je suis toujours là, mais cette semaine, je vais avoir une accumulation d'examen et de préparation au bac blanc plutôt importante, donc je ne pourrais pas grandement avancer pour la fiche, mais je pense que ça à pu se voir, car normalement j'aurais déjà dut finir une des deux parties de l'histoire qui me manque. Dès que je sors de cette période d'examen je reprendrais le boulot, je le promet.

    Merci de m'avoir lu, et ne pas m'en tenir rigueur.


~ Enea Rider ~
: .
Revenir en haut Aller en bas
Terra
°Oo Roméo + Juliette / Admin RPG oO°
avatar

Masculin
Nombre de messages : 589
Age : 31
Relation : Aqua, Ven et maître Eraqus
Ennemis : Les ténèbres et le Néant
Arme : Keyblade Terre-Condamnée
♥ Flux : 612
Date d'inscription : 22/05/2010

Who are you ?
X I am..:
Munnies: 300

MessageSujet: Re: ║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]   Mer 19 Jan - 20:29

    Tu a prévenue, prend tout le temps dont tu aura besoin et soit assurée de notre soutien pour tes examens ! Bon courage !

___________________

Revenir en haut Aller en bas
Master Aqua
    «Just Get Out Off My Way » Administratrice Principale

«Just Get Out Off My Way » Administratrice Principale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1749
Age : 25
Relation : : Eux, leurs noms .. C'est quoi ?
Ennemis : : A vrai dire, je ne sais plus.
Arme : : Haine & Colère.
Personage :

••• LOADING •••
## Topics En Cours :

1::. Click
♥ Flux : 1490
Date d'inscription : 20/05/2008

Who are you ?
X I am..:
Munnies: Milliardaire

MessageSujet: Re: ║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]   Lun 21 Fév - 14:35

On en est ou ici ?

___________________


Sign' © TerBBS
Revenir en haut Aller en bas
http://Aqua-The-best.forumpro.débile.
Venom Rider

avatar

Féminin
Nombre de messages : 12
Age : 26
Relation : Enea River : Petite Soeur
Ennemis : Pour l'instant aucuns
Arme : Keyblade
♥ Flux : 14
Date d'inscription : 26/12/2010

MessageSujet: Re: ║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]   Lun 21 Fév - 21:22

Je viens d'avoir des nouvelles d'Enea. Elle se retrouve confronté à une coupure internet.
Ne vous en faite pas, elle est super motivée et l'écriture de son histoire est terminée. Dés qu'elle le pourra elle viendra éditer son profil!
Ne la supprimer paaaaaaaaaaaaaas >o< Ma petite soeur ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Master Aqua
    «Just Get Out Off My Way » Administratrice Principale

«Just Get Out Off My Way » Administratrice Principale
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1749
Age : 25
Relation : : Eux, leurs noms .. C'est quoi ?
Ennemis : : A vrai dire, je ne sais plus.
Arme : : Haine & Colère.
Personage :

••• LOADING •••
## Topics En Cours :

1::. Click
♥ Flux : 1490
Date d'inscription : 20/05/2008

Who are you ?
X I am..:
Munnies: Milliardaire

MessageSujet: Re: ║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]   Dim 13 Mar - 11:38

Des nouvelles ? : /

___________________


Sign' © TerBBS
Revenir en haut Aller en bas
http://Aqua-The-best.forumpro.débile.
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]   

Revenir en haut Aller en bas
 
║ Enea Rider ─ what do you want to see ? [ UC]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MOTARD FANTÔME "D.Ketch / nouvelle version" (Ghost Rider II)
» KAMEN RIDER - 000 - 000 Tatoba Combo form - (PBM 48)
» [AIDE}] Connection Casque Moto Scala Rider Q2 - Bluetooth
» impala 59 low rider
» Alex rider

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom Hearts RPG- Renaissance :: Au commencement :: { Présentation des membres }-
Sauter vers: